Le Glamour. Christopher Priest

Le Glamour est un roman relativement ancien de Christopher Priest (1985), paru à l’époque en France sous le titre Le Don. L’auteur a réécrit ce roman en 2005, et une nouvelle traduction a suivi, avec un titre plus proche de la version originale.
Le Glamour est dans la veine de La Séparation, qui est, selon moi, le chef d’oeuvre de Christopher Priest. Réalité incertaine, souvenirs recomposés… La filiation avec Philip K Dick est évidente, et ce n’est pas faire insulte à l’auteur que d’y faire référence !

Le roman raconte l’histoire, sous plusieurs points de vue, d’un journaliste, Richard Grey, qui survit à un attentat à la voiture piégée dans les rues de Londres. Atteint d’amnésie, il commence à retrouver l’accès à sa mémoire lorsque son ancienne petite amie, Sue, vient lui rendre visite dans la maison de repos où il est soigné. Richard nous raconte alors un voyage dans le Sud de la France qu’il a fait avec Sue avant l’accident. Puis Sue raconte à son tour un voyage, mais ce n’est pas en France, mais en Grande Bretagne. Et puis il y a Niall, l’ancien amant de Sue, qui est présent tout au long de l’histoire. Lequel des deux voyages est réel, qui est vraiment Niall ? J’avoue, pour ma part, ne pas être certain des réponses, une fois arrivé à la fin de la lecture ! Priest joue avec les détails pour nous donner des pistes, mais s’évertue aussi à nous perdre à chaque fois qu’on s’imagine avoir compris.

Le Glamour fait partie de ces oeuvres (romans ou films) qu’on a envie de reprendre à zéro une fois finies pour débusquer le détail qui nous a échappé. Sans pour autant que cela ne limite le plaisir de lecture. L’écriture de Priest est fluide et précise, il instille du fantastique de façon toujours très subtile, si bien qu’on ne peut jamais dire vraiment s’il s’agit de fantastique ou de dérangement mental des personnages, et c’est là que la référence à Dick est la plus forte.

Même s’il n’arrive pas au niveau de La Séparation ou Le Prestige, ses deux romans les plus respectés, Le Glamour est d’un niveau tout à fait correct et mérite qu’on s’y arrête.

Roman traduit de l’Anglais par Michelle Charrier
Paru chez Denoël Lunes D’encre (
disponible en poche chez Folio SF)

Ce contenu a été publié dans Livres, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Le Glamour. Christopher Priest

  1. Phil dit :

    « on ne pet jamais dire »
    –> j’ai rien à dire sur ta critique (déjà que j’avais envie de lire le bouquin, c’est encore plus obligatoire maintenant !), donc je relève juste la faute de frappe marrante 🙂

  2. Cédric dit :

    Lu il y a quelques années mais avec moins de plaisir que toi semble-t-il. Rien a dire sur la qualité d’écriture du garçon mais l’histoire ne m’a pas emballé plus que ça et surtout pas envie de le relire pour trouver les petits détails.

  3. Phil dit :

    Voilà, je l’ai lu – enfin, j’ai lu « Le Don »; ils avaient que l’ancienne édition à la bibli.
    Je suis en effet resté un peu dubitatif à la fin; pas bien compris, mais c’est sûrement parce que Priest nous explique pas grand-chose ! Pas grave – c’est même mieux comme ça. On reste sur interrogation sur la réalité des choses, effectivement très Dickienne.
    Et tout ce qui est avant (surtout les 3 (enfin, deux et demi) personnages principaux) est très bien de toute façon.

Les commentaires sont fermés.